LE PROJET 

Sur les campus universitaires belges, un étudiant sur 5* a été confronté à une agression sexuelle. 

LE PROJECT

« Thé OK ? », késako?? 


Ce projet, lancé par des étudiantes pour les étudiant.e.s, a pour but de sensibiliser la population Néo-louvaniste à la notion de consentement sexuel et de participer à la prise en charge de victime, témoins ou responsable. Présents sur le terrain depuis septembre 2018, Thé OK est là pour vous! 


Le but? Sensibiliser au consentement. Il est parfois difficile de savoir où on place la limite (zone grise) du consentement. Il faut donc redoubler d’écoute, d’attention et de bienveillance. Le concept de « zone grise », de "non consentement", et la notion même de consentement mutuel expliqués brièvement et popularisés à travers une campagne de communication. 

 

Comment? Thé OK t'accompagne en guindaille, mais pas seulement. Thé OK, c'est aussi des stands de sensibilisation à l'occasion de la rentrée, des formations consentement, des activités de jeu au du bal des bleus, des formations bapême ...C'est un partage d'information régulier. C'est une équipe formée à la prise en charge de victime et au sujet des agressions sexuelles. C'est aussi une plateforme d'échange et de témoignage pour sensibiliser, encore et toujours. 


L’origine du projet a été inspirée par la campagne « Tea Party », jette un coup d'œil ci-dessous, c'est sympa!! 
Copyright ©2015 Emmeline May and Blue Seat Studios


Le consentement en couple, en relation libre, en rencontre fortuite, est une question à se poser. Le consentement, ça nous concerne tous. Hommes, femmes, non-genrés, et de toutes orientations sexuelles. Le consentement, c’est rappeler que non, c’est non. C’est rappeler que rien, c’est non. C’est rappeler que le sexe est un acte intime, à deux (ou plus), et de pleine conscience.

pictogramme alcool consentement thé ok sexe
THE HARD TRUTH **

1/10

IL Y A 8 VIOLS DECLARES PAR JOUR EN BELGIQUE.

SEULEMENT 1 PERSONNE SUR 10 PORTE PLAINTE

1/2

UN HOMME SUR DEUX AFFIRME UTILISER DE STRATAGEMES POUR CONVAINCRE SA PARTENAIRE D'AVOIR DES RAPPORTS

17%

PRESQUE UNE JEUNE FILLE SUR 5 CONSIDÈRE COMPRÉHENSIBLE UNE AGRESSION SI LA VICTIME A ACCEPTE DES AVANCES OU QU'IL S'AGIT D'UN.E EX

65%

LORS DES AGRESSIONS SUR LES CAMPUS, 65% DES AGRESSEURS ET DES VICTIMES ÉTAIENT SOUS L'EMPRISE DE L'ALCOOL LORS DES FAITS. 

Thé OK, c'est un projet de sensibilisation au consentement sexuel, qui commence à voir le jour en partenariat avec 

Campagne UCL Together

Univers Santé

Service d'aide UCL

l'AGL,

le Kaphot,

l'Angela,

le GCL

l'Organe

la Fede

 

Mais surtout grâce à vous. Merci!

Pssst... ça parle de nous!
  • Face aux violences sexuelles et sexiste et la manifestation du 7/10/20, Thé OK réagit pour les micros de la RTL TVI ici

  • Les agressions sexuelles et sexistes, Thé OK en parle avec la RTBF ce 7/10/20, et propose de vraies solutions. Rdv à 16min40, ici

  • Le communiqué officiel sur la collaboration de Thé OK avec l'UCL et leur campagne Together le 7/10/20 pour la prise en charge des victimes, c'est ici

  • Une agression de plus, une agression de trop, l'UCL s'associe à Thé OK afin de répondre aux besoins des étudiants, et c'est l'avenir qui en parle ici !

  • Proche des étudiants, on parle de Thé OK dans le Guido le 15 avril 2020, jetez un oeil ici!

  • Un reportage vidéo sur le but et les actions de Thé OK diffusé au journal, et un article publié sur la page de TVCOM le 6 mars 2020, ici

  • En mars 2020, on parle de nous. Tous et toutes sont concernés, alors VivreIci en parle! 

  • Un de nos articles sur nos initiatives, repris dans le Magazine du Brabant Wallon Wawa le 29 février 2020, ici!

  • Un second article nous présentant, publié dans L'Avenir, le 27 février 2020, ici!

  • Et un premier article publié dans la DH qui présente notre position face au consentement, le 22 octobre 2019, ici

  • Nous avons eu la chance d'être débattue sur Vivacité (émission radio) le mardi 22 octobre 2019. N’hésite pas à écouter la redif de notre interview ici!  ​

*D'où viennent ces chiffres? 

Ces chiffres sont issus d'une étude menée par Serge Garcet, professeur en Victimologie à l'Université de Liège. Voici quelques autres chiffres qui peuvent t'intéresser: 

  • 3 % des étudiantes ont vécu une tentative de relation sexuelle non désirée avec pénétration, contre 14 % pour les étudiants.(*)  

  • 6 % des étudiantes ont subi une relation sexuelle non désirée. 

  • 3,5 % des étudiantes ont connu une situation dans laquelle une personne a tenté d’obtenir un geste sexuel par la menace de contraintes physiques. 

  • 53 % des étudiants (tous sexes confondus) ont déjà été touchés au niveau des fesses. 

  • 25 % des étudiants (tous sexes confondus) ont été touchés au niveau des parties génitales. 

  • 74 % des comportements de harcèlement sont posés par un proche de la victime, habituellement en soirée ou au domicile de la victime ou de l’auteur. 

Tu trouveras le détail de cette étude dans le lien suivant, et d'autres médias qui en parlent également: 

  

**The Hard Truth: ces chiffres proviennent de la même étude, mais également d'ici: